Hypercholestérolémie

Publié le par Chris

Le cholestérol n'est pas forcément un ennemi. C'est au contraire une substance indispensable à notre organisme. Le cholestérol provient de deux origines:

•  70% sont synthétisés par le foie + fabriqués par l'organisme lui-même.
•  30% viennent de l'alimentation.

Autrement dit, le cholestérol alimentaire et le cholestérol sanguin n'ont qu'un lien très faible, et chez certains nul. Le cholestérol est une molécule indispensable à la fabrication des membranes des cellules, de certaines hormones et de la bile. Il est véhiculé dans le sang par des protéines.

Il en existe deux catégories:

i.    Les lipoprotéines de faible densité : LDL (Low Density Lipproteins).

Ces protéines distribuent le cholestérol notamment aux cellules des parois artérielles qui sont victimes de dépôts graisseux. C'est pourquoi le LDL a été baptisé "mauvais cholestérol", car il recouvre, à la longue, l'intérieur des vaisseaux qui s'encrassent. Conséquences: AVC (accident vasculaire cérébral); infarctus du myocarde; thromboses...

ii.    Les lipoprotéines de haute densité : HDL (High Density Lipproteins).

Ces lipoprotéines conduisent le cholestérol jusqu'au foie pour qu'il y soit éliminé. On a appelé le HDL "bon cholestérol", car il ne laisse aucun dépôt vasculaire. Il a, au contraire, la propriété de nettoyer les artères de leurs résidus graisseux. On comprend que plus le HDL est élevé, plus le risque d'accident cardio-vasculaires diminue.

Quelques notions utiles:

•  Le cholestérol total doit être inférieur ou égal à 2 g. par litre de sang.
•  Le LDL-cholestérol doit être inférieur à 1,30 g/l.
•  Le HDL-cholestérol doit être supérieur à 0,45 g/l. (homme) et 0,55 g/l. (femme).

 
Comment diminuer le taux de cholestérol ?


Perdre du poids

L'amaigrissement (en cas de surcharge pondérale) conduit à une amélioration de tous les paramètres biologiques. Attention aux excès de mauvais lipides.

Limiter l'apport alimentaire en cholestérol

L'OMS a pendant longtemps préconisé de ne pas dépasser un apport journalier de cholestérol de 300 mg. Or, des travaux récents ont prouvé que, paradoxalement, cet aspect de la diététique était très secondaires et qu'un apport alimentaire de 1000 mg. de cholestérol par jour n'entraînait qu'une augmentation de 5% environ de la cholestérolémie.

De récentes publications ont montré que les œufs avaient un effet beaucoup moins important que ce que l'on avait cru pendant longtemps. Il semble en effet que la quantité importante de lécithine qu'ils contiennent neutralise leur contenu en cholestérol. On veillera au degré de saturation des acides gras ingérés plutôt que leur quantité.

Choisir ses lipides

i.   Les graisses saturées : Viande, charcuteries, oeufs, lait et laitage, fromage, huile de palme, biscuits et gâteaux...

Ces graisses augmentent le cholestérol total et le LDL-cholestérol. Par contre les volailles, à condition d'ôter la peau, ont peu d'effet sur l'élévation de la cholestérolémie.

ii.  Les graisses polyinsaturées :

Origine animale : Poisson. La consommation de graisses de poisson entraîne une baisse du LDL-cholestérol et des triglycérides, mais elle rend aussi le sang plus fluide, d'où un moindre risque de thrombose. On comprend ainsi que plus le poisson est gras, plus il a une action bénéfique sur le cholestérol, il faut donc favoriser la consommation de saumon, thon, maquereaux, anchois et harengs.

Origine végétale : huiles de tournesol, colza, noix, pépins de raisin. Attention + ces acides gras polyinsaturés font baisser le LDL-cholestérol, mais aussi le HDL-cholestérol. Ils sont par ailleurs très sensibles à l'oxydation, ce qui est dangereux pour les artères. Les margarines (huiles durcies par hydrogénation) sont également à éviter.
 
iii.   Les graisses mono insaturées : huile d'olive (acide oléique), huile de colza, oie et canard. L'huile d'olive est le champion toutes catégories des graisses qui ont une action bénéfique sur le cholestérol. Elle est la seule qui réussisse à faire baisser le LDL-cholestérol et à faire augmenter le HDL-cholestérol.

Le thon à l'huile d'olive est donc bénéfique pour notre taux de cholestérolémie.

Augmenter sa ration de fibres alimentaires

La présence de fibres dans le tube digestif améliore le métabolisme des lipides.

Boire un peu de vin (ou un complément de thé vert riche en polyphénol)

Les polyphénols contenus dans le vin protègent les parois des vaisseaux. L'alcool en modération augmente aussi le HDL-cholestérol.

Penser à réduire l'hyperinsulinisme

De nombreux praticiens sont étonnés par le fait que la suppression du cholestérol alimentaire n'entraîne pas forcément une réduction substantielle de leur cholestérol. Le docteur Morrison C. Bethea, chirurgien en cardiologie au grand Baptist Hopital de la Nouvelle-Orléans a constaté les bienfaits d'une alimentation à index glycémique bas conduisant à une régularisation optimale des paramètres sanguins.

Publié dans Nutrition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article